Francois

Simon Francois – Microkinésitherapeute

+33761403721

QUI SUIS-JE ?

Un maïeuticien, un soignant, bref un chercheur. J’ai débuté par un parcours conventionnel quoique atypique (je suis de la 3ème promotion des hommes sage-femme), ensuite j’ai découvert la sophrologie, puis je me suis reconverti dans la kinésithérapie. J’ai alors exercé 6 ans au CHU d’Angers (réanimation médicale, neurologie, maladies infectieuses et chirurgie) puis j’ai poursuivi mon exercice en libéral tout en étant régulièrement invité plus de 6 ans au staff pluridisciplinaire de la douleur chronique du CHU . J’ai entamé une formation en ostéopathie, arrêtée au bout de 3 ans, mon école ayant fermé suite à la réforme du métier d’ostéopathe. Finalement j’ai découvert la microkinésithérapie en tant que patient et ce qu’elle a modifié instantanément en moi m’a incité à aller plus loin. Aussi je me suis formé à ce soin qui révèle à l’homme ses pouvoirs d’auto-guérison.

MA PRATIQUE

« Toute personne qui souffre d’un dysfonctionnement (dérèglement d’un organe ou d’une fonction, perçu ou non par le patient au niveau physique ou psychologique) peut être traitée en microkinésithérapie, quelque soit son âge et le type de maladie dont elle est atteinte. (…) La microkinésithérapie est basée sur les capacités de tout organisme vivant de se réparer. Tout dérèglement d’un organe ou d’une fonction crée un symptôme. Le thérapeute n’agit pas directement sur ce symptôme, mais va aider le corps du patient à lutter contre le dysfonctionnement. » Source : https://microkinesitherapie.fr/accueil/la-microkinesitherapie-pour-qui-comment/

C’est un soin informationnel, le thérapeute s’appuie sur la perception d’une mémoire corporelle d’un choc du passé qui peut être retrouvée et datée par le contact (le patient restant habillé), l’origine du dysfonctionnement étant identifiée, le corps peut enclencher un mécanisme d’auto-réparation.

La pratique s’apparente à une maïeutique dans sa définition socratique, c’est-à-dire l’art de conduire l’interlocuteur à découvrir et à formuler les vérités qu’il a en lui.

Menu